Considéré comme le plus grand jardin japonais d’Europe, le Parc Oriental de Maulévrier situé près de Cholet est l’un des projets pilotes en Europe pour la qualité de sa restauration et de sa valorisation. Au carrefour du Maine et Loire, des Deux-Sèvres et de la Vendée, cet espace de nature de 29 hectares est un lieu enchanteur où le végétal communique avec le minéral dans un environnement fleuri et verdoyant.Plus qu’un espace de détente, le Parc Oriental propose de vivre une expérience dépaysante le temps d’une journée, en arpentant les allées du jardin japonais de 12 hectares classé au titre des sites, en admirant une superbe collection de bonsaïs et en profitant d’un charmant salon de thé. Espace de méditation et de poésie, Maulévrier s’apparente aux grands parcs japonais de promenade de la période Edo qui s’étale du XVIIe au XIXe siècle. Dans cette culture, la composition des jardins japonais, leur symbolisme, relève d’un art sacré, expression de diverses religions orientales. La promenade suit le cours de la rivière ponctuée par de nombreuses fabriques, notamment des ponts, des statues khmères, des lanternes japonaises et d’une pagode dont certaines proviennent de l’Exposition Universelle de 1900 à Paris. Le cycle des végétaux ou la mise en scène de l’eau, courante ou calme, permet de qualifier le parc de « jardin de transformation ».

Ces jardins, évolutifs par essence, sont aussi ancrés dans l’histoire. Au XIXe siècle, le parc est intégré au château Colbert, racheté à cette époque par un industriel choletais. Son architecte et bientôt gendre, le célèbre Alexandre Marcel, prend soin de redonner au domaine toute sa splendeur d’antan en aménageant un espace oriental de conception fortement japonaise. Tombé amoureux de l’endroit, il y plante de nombreux végétaux exotique, y fait creuser un étang et y ajoute de sublimes éléments architecturaux. Après sa disparition en 1928 puis le déménagement de son épouse en 1945, les propriétaires vont se succéder sans porter l’attention nécessaire à l’entretien de ce bijou de verdure. Il faut attendre 1980 pour que la commune rachète le parc et que les travaux de restauration débutent dans un esprit fidèle à son concepteur.Le Parc Oriental de Maulévrier, qui attire maintenant plus de 110 000 curieux chaque année, contient pas moins de 300 espèces de végétaux d’essence exotique, le hissant au rang de troisième arboretum des Pays de Loire. Il est pour ses promeneurs un immense centre de découverte sur le thème de la nature, des plantes et de leur entretien. Au rythme des floraisons, plusieurs événements sont organisés chaque année dans ce vaste espace de liberté où la sérénité règne à chaque instant de la journée.